Comment les randonneurs provençaux et alpins vivent l’année 2020 ?

GRAND FORMAT

S'oxygéner à plein poumons. Une question de survie à l'heure du Covid19. Un adage facile à suivre tant notre région regorge de sentiers poétiques, crêtes vertigineuses, garrigues parfumées, alpages émeraude, bref, un terrain de jeu ultime pour randonneurs du dimanche ou expérimentés. Comment vivent-ils cette année bien particulière ? Comment on se sent sur les hauteurs, loin des troubles du quotidien ? Faut-il se méfier d'un tel engouement ? Réponse en petite foulée.
Regoûter à la liberté...

Quand on prend le temps d’écouter les férus de nos reliefs, ils ont un mot qui revient sans cesse dans la conversation : la liberté. 

Alexandre, un marcheur habitué, raconte : 

Pour ce qui est de la randonnée en période de covid, je dirais qu’il n’y a plus de barrières, de masques. Plus d’interdits quoi ! Je suis libre de me balader et de respirer normalement. Et en plus, certaines sont très sportives. Que demander de plus ?”

Une réflexion qui revient sans cesse dans la bouche des randonneurs, privés pendant 2 mois de confinement, du plaisir des cimes et des bois.

 

Lac de Lignin (04) - Alexandre Rostan
Véronique, au glacier blanc dans les Ecrins, avec son fils de 7 ans.
Briser la routine, s'offrir des moments de dépassement de soi

La liberté et les… sensations qui permettent de couper d’un train-train parfois difficile dans les métropoles. 

Hanane, qui nous a gentiment proposé la prochaine photo de cet article, raconte les bienfaits de la discipline, à l’heure du Covid19 :

“Une belle parenthèse de nature dans mon quotidien de citadine. La randonnée me permet de me ressourcer, de me rappeler que toute chose sur terre n’est pas là par pur hasard. Les plaisirs du calme, de l’authenticité et des moments uniques que m apportent les randonnées sont indéniablement devenus indispensables à mon équilibre . Pour ma part, chaque pas, passages, difficultés rencontrés sur ces sentiers sont considérés comme des dépassements de soi.”

Sur les hauteurs de Moustiers Sainte Marie
Un nouvel engouement, et des dangers "en marche"...

Cet été, les sports de grand air ont fait de nouveaux émules, à tel point que les Hautes-Alpes ont signé une année 2020 record avec 300 000 visiteurs chaque jour au plus fort de l’été. 

Une effervescence touristique qui ne porte pas que des avantages. Des publics familiaux très peu expérimentés se sont parfois lancés dans des randonnées non adaptées. Sans compter l’affluence monstre dans les Calanques, dont il va bien falloir un jour réguler plus fort encore.

Malgré cette zone grise, ce désir de “grand bol d’air frais” offre un second souffle à nos “arrières pays”, et ouvre une porte à un exil urbain étonnant, qui ne cesse de s’amplifier. 

GREGORY CORDERO

Il Court Mirabeau est le 1er média digital gratuit, de micro-aventures et idées sorties en Provence et Alpes du Sud. 

 

🍯 Terroirs et traditions

🌳 Respect de la nature

🎋 Idées sorties et festivals

👣 Explorations

🍂 Actualité des loisirs et de l’eco-tourisme

☀ Suggestions de micro-aventures

En route pour la Vallée du Champsaur

Le territoire du Champsaur est réputé en hiver pour ses cinq stations villages (Ancelle, Chaillol, Laye, Saint-Léger-les-Mélèzes et Serre-Eyraud). Mais la vallée regorge de paysages naturels incroyables aussi hors période hivernale. Au sud du massif des Écrins, ce sont les

Read More »

Post a Comment