Du Champsaur à Gap : immersion dans le temple des merveilles

Ici, la Provence a depuis longtemps tiré sa révérence. Les Alpes elles, rebondissent de plus en plus hauts. Et ici, sur les hauteurs de Gap, le balcon se transforme en temple des merveilles.

Ce temple n’a ni toit, ni religion. Ce temple est a l’air libre. Il court sur des milliers d’hectares. Une succession de belvédères, panoramas, points de vue, doux apics, qui valent leur pesant d’or. Pour jouir des meilleurs points de vue, j’ai privilégié le Col de Manse par la Rochette, entre Gap et le Champsaur. Ici, nul vertige. Juste des contemplations.

Gap est une des plus grandes villes des Alpes du Sud. Et la voir des hauteurs est une gourmandise. Dire que 60 000 habitants sont posés ci et là. Aucune grande barre d’immeuble à l’horizon de là où je suis, juste l’impression que l’urbanisme perdu dans la brise grésillante d’été, se fond dans le paysage aux teintes pistaches.

Dans ce “temple”, on prêche l’immensité, les doux reliefs, les confluences entre plusieurs mondes : le Gapençais et le Haut Champsaur.

En posant votre regard vers le Sud, Gap se déguste dans un océan de bleu-gris et émeraude, avec la proue du Dévoluy qui écume l’horizon plus à l’Ouest.

En surplombant ces terres… On a presque une sensation d’infini, de tous les possibles, d’ouvertures vers des mondes fascinants.

Puis derrière, au Nord, on se faufile dans des villages aux connotations oniriques : Ancelle, Chabotte, Saint Bonnet en Champsaur…

Les sommets se font plus acérés, les Ecrins se dévoilent avec des neiges éternelles.

Post a Comment